• Dans l'enfer du Kawaii

    Dans l'enfer du Kawaii Qui n'a pas déjà vu, lu ou entendu cette petite phrase "J'adore le Japon"... plus souvent écrite "J'ador le japon" d'ailleurs. Les aficionados de ce pays lointain se comptent par milliers même s'ils ne font pas toujours la différence entre coréens, japonais et chinois. Ignorant même qu'un bon nombre de coréens installés au Japon ont été naturalisés japonais...

     

    Le jadorelejapon se résume la plupart du temps à une vague adhésion à la manga-drama-cosplay autrement dit la KAWAII ATTITUDE. Un mouvement pacifique d'handicapés de la vie courante, frappés par une infirmité cérébrale qui les maintient dans un univers feutré, relaxant et qui ne pique pas les yeux et où toute forme d'écriture ou de pensée est réduite à quelques syllabes qui présentent l'avantage d'être connues du monde entier, une sorte d'esperanto qui s'apparente plutôt à un desesperanto : c'est trop Kawaïï, c'est trop génial, c'est trop cool. Une langue excessivement simple à parler et à écrire, sans subjonctif ou passé simple, dotée d’un vocabulaire restreint qui est essentiellement destiné au compliment « trop bien ton blog » ou retour de compliment « merci, ton blog aussi est super chouette ». Le kawaiiste ne dénigre jamais le blog d’un autre kawaiiste même si ce dernier est encore plus pourri que le sien. Il semble également dépourvu d'auto dérision.

    Vibrant hommage à la KAWAII ATTITUDE, le premier blog trouvé sur google en cherchant blog kawaii. Une page d'accueil décorée d'un fond type papier cadeau de la Grande Récré suivie de  88 autres pages de gifs animés coréens et d'un profil savamment construit : « J'ai 20 ans, j'aime mon homme et tout ce qui est asiatique :p ». Un petit chef d'oeuvre de minimalisme et de concentré de néant qui défie la présence des trous noirs et des quasars dans l'univers. Mieux qu'un cheval de Troie, ce blog se réplique à l'infini. Toutes les filles de 12 à 39 ans ont un blog KAWAII d'une page qui mentionne J'AIME LE KAWAII, parfois même en caractères clignotants au cas où cela nous aurait échappé. Mes collègues (femmes) de travail et qui ont plus de 12 ans et moins de 40 possèdent un sac ou un objet Hello Kitty. Je suppose que si ma grand-mère était encore de ce monde, elle aurait elle aussi un blog kawaii avec 30 blinkies dans le menu de gauche et 70 commentaires C'est trop Cool dans le menu de droite, un coucher de soleil avec deux guignols enlacés sur la plage dans le centre et un tsunami d'images piquées sur le web sans rapport les unes avec les autres, une bannière dégueulant de couleurs intitulée le Z blog X kawaii de grand-mère Line ... Fort heureusement, elle est partie d'une autre maladie.

    Si la bronchiolite, le H1N1 et la grippe aviaire n'ont réussi qu'à toucher une partie de la population plus fragile, la KAWAII ATTITUDE a fait concurrence à la grippe espagnole en déferlant sur l'ensemble des continents et en contaminant tous les rayons de la vie, bouffe, télé, cosmétique, lingerie (à l'exception peut-être des strings sur lesquels la tête d'Hello Kitty n'arrive pas à tenir). Alors, mouvement fortuit ou nouvelle arme machiavélique et de moindre coût inventée par des gouvernements qui n'ont plus rien à offrir pour museler une gigantesque partie de la population en l’asservissant à un univers puérile et stérile (au sens propre) ? Comment regarder encore voire manger un pot au feu où les poireaux vous sourient grâce à la magie de 2 graines de sésame, où le navet et la carotte semblent vouloir parler à tout moment avec leur bouche ciboulette ? Astuce démoniaque pour anorexiques afin de s'empêcher de déjeuner ? Nouvelle méthode de l’obscur professeur Kawaiichima ??

    Passe encore la bento box en forme d'ourson avec un véritable film de Disney à l'intérieur pour stimuler l'appétit du petit dernier. La fourchette grenouille et les petits cookies Chi ou Daruma. Mais, p...., trop cruel de transformer son repas en livre de  Lewis Carroll et de sectionner avec son Laguiole un petit phoque de flétan devenu tout rose et souriant, un presque tomodachi. On y pense même pas.

    Le virus s'infiltre partout. Récemment encore, un petit garçon de ma connaissance plutôt actif est devenu la proie de One Piece, se précipitant sur l'ordinateur une fois les épisodes TV achevés afin d'en regarder d'autres. Sa transformation en Edward de Twilight est depuis saisissante...

    Véritable Mecque du Kawaii fashion Way of life, je me rends moi aussi (mais pas pour les mêmes raisons) à la Japan Expo afin de découvrir quelques nouveaux talents, en général les stands les plus vides. Un véritable chemin de Compostelle où je dois me faufiler entre les grotesques-lolitas, futures adeptes de Chris Powell, dont le style vestimentaire frise le compromis entre l’abat-jour de style victorien et l’encombrante élégance de Marie-Antoinette d’Autriche.  Une sorte de Tim Burton cauchemardesque envahi par le burger-cola  way of life américain. Un peu plus loin, les kawaiistes sont toutes là. Partout où il y a des porte-clefs, des peluches, des porte-quelquechose, des figurines, des choses ADORABLES et transfigurées qui pendent au bout d’un fil et que l’on peut encore pendre avec les 3 autres milliards de choses qui pendent et que l’on possède déjà, elles sont Là ! Elles s’extasient en criant ou gémissant KAWAIIII, ou encore « TAVUSUILA ? » tout en touchant de leurs nombreux petits doigts tous ces objets dotés d’un pouvoir magique à prix super magique…

    Une véritable armée de petites filles charmantes, innocentes, de petits elfes immaculés et sensibles. Un peu plus loin, de jeunes petites filles de 30 ans achètent à prix d’or de jolis vêtements pour leur poupée de chiffon au lieu de mettre bas quelque progéniture qui les priverait de poursuivre leur propre enfance, échappant ainsi à la triste réalité et à ce que l’on pourrait faire pour la changer.

    L’Asie souffre t-elle d’un terrible syndrome, basculée trop précipitamment dans le monde matériel et la tragique réalité de la course au pognon, soutenue par une Amérique Disneyphile au bord du gouffre et un continent européen vieillissant et sénile ?

    Asiatique ou non asiatique, le Kawaiiste ignore tout de l’unité japonaise 731, de l’article 9 de la constitution japonaise, de l’impact des radiations depuis l’accident de Fukushima. Il confond l’ère Edo avec une grande marque de cosmétique. Il soigne sa garde-robe et son allure, achetant de jolis ongles décorés qu’il serait regrettable d’abîmer dans quelque basse tâche ménagère et de longs faux cils qui permettent de masquer un regard de plus en plus vide. Mais sa force est de dicter sa loi partout où il passe, grâce à sa carte bancaire. Chez Komikku, le rayon du gadget alimentaire s’est déplacé et agrandi, occupant une bonne partie de cette librairie. Je me demande si à mon prochain passage, les livres seront encore là…

    Chercher un adepte du kawaii devant la MCJP lors d’un festival du court-métrage japonais revient à vouloir que Cloud ait fait Normale Sup en plus d’être beau et valeureux guerrier. (ce qui ne m’empêche pas de fantasmer malgré tout).

    Cependant, en guise d’explication (et non d’absolution), cette attitude est sans doute la récompense de notre incompétence à rendre le monde plus agréable. Nous avons édifié des milliards de tonnes de béton sans charme, des architectures et des structures froides dont nous expliquons la présence par le mot Design. Nous avons sciemment salopé notre univers et cherchons toujours une justification à nos improbables délires. Lorsque un adulte en tue un autre, c’est qu’il n’est pas toujours tout à fait conscient de ses actes. Mais quand un chef d’état décide de liquider des millions de gens en leur lançant une bombe nucléaire sur la gueule voire deux c’est pour une raison incontournable et il n’est pas plus malade que cela. Les kawaiistes ont sans doute une raison plausible de vouloir se réfugier en haut du haricot magique, quitte à tomber de plus haut encore qu’ils n’y songeaient.

     Je n’ai rien contre le Kawaii, je ne suis pas anti-kawaii, juste un peu overdosée, et affligée aussi que l’on puisse prétendre aimer un pays dont on ne connaît rien. De la même manière, j’en ai ras le bol que des Japonais m’adressent à tout bout de champ des photos de la tour Eiffel et des vitrines de Coco Chanel. En ce qui me concerne, cette France-là ne me fait pas rêver.

    VS

    PS : Mes amis qui ont de l'humour sauront ne pas prendre en mauvaise part ce petit vent de révolte ^^

    Note :
    A l’origine, “kawaii” exprimait un sentiment de pitié et de compassion : “Comme c’est regrettable ! ” ou “Comme c’est pitoyable ! “, mais par glissement de sens, il exprime aujourd’hui un sentiment d’attirance envers quelque chose qui est “petit, faible, chétif” ou qui dégage une “candeur enfantine”.

     

     

     

    « Lost in translationConcerts 2012 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    3
    Jeudi 29 Décembre 2011 à 13:57

    Meric beaucoup ! 
    C'est vrai qu'on n'en parle assez peu, pourtant ils  sont partout autour de nous XD  

    2
    Jeudi 29 Décembre 2011 à 12:29

    Merci à toi Méduse de l'Espace pour ce commentaire sincère et non dépourvu d'humour^^

    J'apprécie ta contribution sur les vers de terre dont on parle assez peu finalement. :-)

    1
    Jeudi 29 Décembre 2011 à 11:11

    Hi Hi, certains passages m'ont bien fait rigoler x') Je me suis reconnue à certains moments dans ton article, mais c'est tellement vrai ! (faut savoir reconnaitre la véritée parfois, surtout quand elle est dite avec humour !)
    Je suis entièrement d'accord avec toi pour les blogs kawaii, l'autre jour, une amie atteinte du "virus" m'a sorti "j'ador le japon" le tout avec une image avec des caractères coréens (on se demande bien ou est la logique...) j'ai faillit m'étrangler ! 

    Bonne continuation à toi ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :